Les députés communistes ont décidé, mardi 7 avril dernier, de créer une commission d'enquête sur les dysfonctionnements dans la gestion sanitaire de la crise du coronavirus. Ils veulent mettre en lumière les ratés pour ne pas reproduire ce qui a conduit à la déroute du système de santé français.

Il y a plus de deux ans maintenant des parlementaires communistes, députés, sénateurs, entamaient un tour de France des Hôpitaux. Dans ce cadre la fédération de Loire-Atlantique du PCF avait alors accueilli les sénatrices Laurence Cohen et Michelle Gréaume qui avaient visité des services des hôpitaux de Nantes et St-Nazaire et rencontré des personnels. Fruit de ces 150 visites dans des établissements hospitaliers et des EHPAD, les parlementaires communistes ont relevé l’urgence de changer de politique et de débloquer des moyens humains et financiers alors que de nombreuses directions, organisations syndicales, personnels les avaient alertés sur un système à bout de souffle.

Selon ces parlementaires, les hôpitaux auraient besoin de 100 000 emplois en urgence et les EHPAD, 300 000 sur trois ans.

Des propositions, les parlementaires communistes en ont d’autres, parmi lesquelles :

La régulation de l’installation des médecins pour une meilleure répartition territoriale, la création d’un seuil minimal de présence hospitalière dans chaque bassin de vie, l’instauration d’un moratoire contre les fermetures d’établissements, de lits, la généralisation le tiers payant, et nombre d’autres mesures pour financer l’hôpital public et les besoins de santé…

 

Face à l'épidémie de Covid-19, jeudi 19 mars 2020, le Sénat s'est montré favorable au projet de loi visant à instaurer l'état d'urgence sanitaire en France. Pour être définitivement adopté, le texte a dû être examiné  vendredi 20 mars à l'Assemblée nationale et voté par le Parlement. Après 4 heures de débat (dans un parlement vide, trois députés par groupe étaient autorisés), la commission mixte paritaire, constituée de 7 députés et de 7 sénateurs s'est accordée sur l'instauration de l'état d'urgence sanitaire dimanche 22 mars 2020.

Pages