Au cours des dernières semaines, la Chine a connu une vague inédite de manifestations contre la politique gouvernementale de gestion du Covid. La multiplication des confinements de longue durée, les centres de quarantaine ou encore la nécessité permanente de tests PCR font partie de la stratégie Zéro Covid mise en place par la vice-première ministre Sun Chunlan.
Alors, lorsque ces mesures sont également mises en cause dans le déroulement de plusieurs drames dans le pays (accès aux soins, intervention des secours), la contestation gagne la rue.

Depuis maintenant plus de 15 jours, l’État Turc représenté par le président Erdogan attaque le Rojava (zone kurde située en Syrie) par voie aérienne. Les infrastructures telles que les hôpitaux, les administrations ainsi que les établissements civils sur place, sont pris pour cible.

Les peuples de plusieurs pays de notre planète subissent des guerres de pouvoir et d’exploitation de leurs richesses. Les gouvernements des pays riches augmentent considérablement leurs budgets de l’armement, ce qui fait un gain financier considérable pour les actionnaires.

La guerre fait rage : militaire, idéologique, propagandiste, psychologique. Comme à chaque conflit dans le monde, le cortège des souffrances est connu : victimes, destructions, exactions et crimes, c’est le visage de la guerre. Ce n’est pas fatal !
La responsabilité majeure est celle du pouvoir russe, c’est ce que l’histoire retiendra. C’est le président Poutine qui a engagé ce conflit armé avec la pire des solutions en portant atteinte à l’indépendance du pays en février 2022.

Mahsa Amini, jeune iranienne de 22 ans, a été assassinée le 16 septembre dernier par la police des mœurs iranienne pour « un voile ne couvrant pas assez ses cheveux ». 

Depuis, l’Iran est en révolte. Partout dans le pays, il y a des manifestations, avec des femmes d’un courage admirable, ôtant leur hijab et le jetant au feu. Mais le mouvement de contestation féministe qui s’étend à tout le pays va bien au-delà d’une simple revendication anti-voile.

La montée des extrêmes droite en Europe est un fait significatif de ces dernières années. L’amplification du temps présent prolonge un mouvement continu depuis les années 80 et 90, singulièrement en France avec l’émergence électorale du FN en 1984 ou de la poussée en Autriche.

Le peuple cubain était appelé aux urnes le dimanche 25 septembre dans le cadre d’un référendum portant sur un nouveau Code des familles, amené à remplacer le précédent, datant de 1975.

Le texte proposé portait sur la légalisation du mariage entre personnes du même sexe, de l’adoption pour les couples homosexuels ou encore de la gestation solidaire pour autrui. 

Le coup d’État militaire au Burkina Faso vient ponctuer des mois de dégradation des relations entre l’ancien président Roch Marc Christian Kaboré et son armée, dans un pays où population et militaires étaient excédés par l’impuissance de l’État face aux attaques djihadistes meurtrières, sur fond d’hostilité envers la France.

Le 21 juin, les cheminots anglais de quatorze compagnies ferroviaires se sont massivement mis en grève durant trois jours pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail et exiger des hausses de salaire, dans un contexte d’inflation record et de gel des salaires. Le résultat, une ligne sur deux fermée et quatre trains sur cinq supprimés. Un mouvement historique depuis les grandes privatisations du secteur.

Quelques mois après la victoire de la gauche aux élections législatives, la Colombie a vécu un séisme politique avec le triomphe de Gustavo Petro, devenu le 19 juin le premier président de gauche de l’histoire du pays.

Pages