Depuis l’abandon du transfert de l’aéroport vers Notre-Dame-Des-Landes, les Ligériens ont l’impression d’assister de l’improvisation. Or, il s’agit d’une partition pour pipeau très bien écrite lorsque l’on connaît les objectifs du chef d’orchestre : l’État.

Le Conseil national du PCF a décidé de mener, du 5 au 16 octobre, une campagne nationale pour l’emploi et les salaires.

En Loire-Atlantique comme dans toute la France, les militantes et les militants communistes se mobilisent. Cette campagne a pour objectif d’aller à la rencontre des salariés, et du monde du travail en général, porter les propositions du parti centenaire sur les questions de travail, de rémunération et de pouvoir d’achat. Des sujets qui sont parmi les principales préoccupations des français, qui attendent des candidats en lice pour l’élection présidentielle des réponses à leurs inquiétudes.

A gauche comme à droite, chacun y va de son argumentation et tout le monde s’accorde sur l’impérieuse nécessité de préserver l’emploi, d’en créer de nouveaux et bien sûr d’augmenter les salaires. Pour autant, les vœux pieux ne se matérialisent pas par des coups de baguette magique et les solutions avancées ont souvent l’odeur de la naphtaline. 

Après un an d’absence dû à l’épidémie de covid, la Fête de l’humanité a fait son grand retour et, vu le succès, on pourra dire qu’elle était attendue.

Bien évidemment, le stand fédéral du Parti communiste de Loire-Atlantique était lui aussi de la partie. Avec un stand plus modeste que les années précédentes dû à une jauge restreinte (pas vraiment ressentie) par les mesures sanitaires encore en vigueur. Ce sont donc « seulement » 27 militants (mais quels militants) qui ont fait vivre le stand de fruits de mer tout au long d’un formidable week-end de retrouvailles.

Ce beau moment de fête, de débat et de politique a été marqué notamment par le discours de Fabien Roussel. Le candidat à la présidentielle 2022 a pu débuter sa campagne par un meeting sur la grande scène devant un public largement au rendez-vous.

Le deuxième tour des élections régionales a très clairement porté en tête la liste de Christelle Morençais (LR) qui, réunissant 46,45% des suffrages a largement devancé ses concurrents.
Exit François de Rugy (LREM-MoDem) à 8,20% et Hervé Juvin (RN) à 10,46%. Quant à Mathieu Orphelin (div.g-PS-EELV), arrivé deuxième avec 34,87%, tout laisse à penser qu’une grande partie des électeurs de gauche, dans un contexte de forte abstention, en a peu goûté les changements de cap.

Depuis le vendredi 14 mai, la liste du « Printemps des Pays de la Loire », rassemblant 11 forces de gauche et écologistes pour les élections régionales des 20 et 27 juin est désormais officielle. Conduite par Guillaume GAROT, elle allie renouvellement, expérience et valorise celles et ceux qui s’engagent pour les autres.  Engagé.es autour d’un projet sans ambiguïté en matière de services publics, développement industriel, transition écologique, nos trois candidat.es ont la parole :  

Canton de CLISSON 
Pedro MAIA (PCF), 42 ans, Conseiller municipal de Gorges
Elsa PAQUIS-LAURENT (PCF), 31 ans, Câbleuse en électronique
Serge SAVARIAU (PCF), 60 ans, Dirigeant d’une association de pêche
Delphine BAELEN (PCF), 39 ans, Agent de contrôle SNCF

Le PCF est soutenu dans les cantons de Nantes 3, Nantes 4, Nantes 5 et Nantes 6 par la France Insoumise. Le PCF soutient la France Insoumise et les candidatures de Ségolène Amiot et Kévin Loquais dans le canton de Nantes 2. Le PCF soutient aussi les candidatures de Vincent Danis (PS) et Fabienne Padovani (PS) dans le canton de Nantes 1.

La crise sanitaire et l’école à distance ont mis en évidence des disparités importantes entre les élèves. Parmi ces dernières, une véritable fracture numérique s’est révélée. 

Il est insupportable de penser que dans notre département tous les enfants ne se trouvent  pas sur un pied d’égalité face à la réussite scolaire. Le développement du numérique constitue aujourd’hui un véritable enjeu de société et un défi éducatif de première importance.
Disposer d’un ordinateur personnel est l’un des outils pour réussir ce défi.

Les discussions départementales entre le PCF et la majorité départementale n’ont pas abouti. Le rassemblement de toute la gauche n’est donc pas à l’ordre du jour du chef de file de la majorité sortante Michel Ménard. En effet, depuis plusieurs mois, les négociations départementales et locales engagées entre le PCF et ses partenaires de gauche ont buttés sur l’accord privilégie passé entre le PS et EELV à la mi-avril. Accord qui exclu le PCF d’une représentation au sein de la future assemblée départementale.

Les bibliothèques et médiathèques nantaises sont librement accessibles à tous, et rendent d’ores et déjà de nombreux services gratuitement : consultation sur place de tous les documents et ressources en ligne et nombreuses animations, celles-ci sans contrepartie financière depuis 2017.

Pages