Le 1er octobre, les tarifs régulés du gaz ont augmenté 12.6 %, ce qui porte à 57 % l’augmentation constatée par les usagers depuis le début de l’année.

Le Haut Conseil des finances publiques est une instance consultative : l’avis qu’il peut porter sur le projet de loi de finances n’entraîne aucune contrainte en cas de désaccord avec le gouvernement.

A sept mois des élections présidentielles, le tableau se clarifie… un peu.

A gauche, EELV a enfin réussi à départager ses nombreux prétendants. Au terme d’une primaire ouverte qui n’aura rassemblé que 100 000 votants, l’eurodéputé Yannick Jadot a battu sur le fil l’économiste Sandrine Rousseau. D’aucuns y ont vu la victoire d’une tendance plus centriste et taillée pour la présidentielle sur le radicalisme déroutant de Rousseau. Sauf surprise, Jadot – dont le groupe avait voté la résolution du parlement européen criminalisant le communisme en 2019 – rejoindra la cohorte des candidats réformistes sur la ligne de départ à gauche en compagnie de la maire de Paris Anne Hidalgo, investie par le PS, et les sociaux-démocrates Jean-Luc Mélenchon investi par la France insoumise et Arnaud Montebourg, investi par sa personne.

C’est bien le niveau d’abstention qui fait la une de nombreux quotidiens au lendemain du second tour des élections régionales et départementales. Du jamais vu depuis les débuts de la 5ème République.

Durant une journée et demie, c’est plus de 100 intervenants qui ont pu s’exprimer. Car l’enjeu est d’importance ! La présidentielle de 2022 aura lieu dans un contexte totalement inédit. Alors qu’Emmanuel Macron s’enfonce dans une dangereuse dérive autoritaire, la gravité de la crise sanitaire actuelle, les drames sociaux qui l’accompagnent, les difficultés économiques qui vont suivre, les périls pesant sur l’environnement, annoncent des lendemains difficiles. 

« Il nous faut une candidature communiste pour les élections présidentielles 2022, car si nous n’y allons pas nous aurons des regrets et revoir le schéma de 2017 Macron-Le Pen , je dis Non.
Quel avenir pour nos enfants, nos emplois si nous ne présentons pas un candidat, nous devons sortir les françaises et les français  de cette crise.
Nous avons des propositions à faire aux citoyens et citoyennes. Ne nous taisons plus, donnons des solutions aux ouvriers et ouvrières dans ce monde du travail dont nous ne voulons plus aujourd’hui.

Le 1er mai se prépare, les organisations syndicales et les forces progressistes, dont le Parti communiste français, entendent marquer le jour de la fête des travailleurs du sceau de la lutte et du changement de société.

Le conseil municipal de Strasbourg a défrayé la chronique le 22 mars dernier en refusant au cours d’un débat d’adopter la définition de l’antisémitisme utilisée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA). Depuis plusieurs années, cette association contacte divers acteurs publics afin qu’ils approuvent cette définition. Ceux qui la refusent ou en modifient une virgule, tels les travaillistes britanniques en 2018, s’exposent au risque d’une campagne publique de diffamation.

La crise ne touche visiblement pas tout le monde : selon le magazine Forbes, la France compte quatre milliardaires de plus que l’an dernier. Parmi eux : Stéphane Bancel, PDG de Moderna dont les vaccins, à défaut d’être publics, se révèlent indispensables dans la lutte contre la pandémie. Alain Mérieux, PDG de BioMérieux, spécialisé dans les diagnostics viraux (dont celui du Covid-19) a quant à lui garni son coffre de 1,4 milliard supplémentaire.

L’eurodéputé EELV Yannick Jadot organisait, le 17 avril dernier, une réunion des dirigeants de gauche. En effet, la présidentielle 2022 approche mais la victoire de Macron à la présidentielle 2017 a laissé des traces notamment chez les sociaux-démocrates qui sont toujours éparpillés par petits bouts façon puzzle, même si localement, ils restent capables de se rassembler à l’occasion de certaines élections.

Pages