Les enjeux politiques des élections régionales, entre réponses à la violence des crises sanitaire, sociale et l’évolution de l’organisation territoriale sont considérables. Le scrutin de 2021 est une étape décisive pour accélérer ou au contraire faire obstacle au projet libéral du capital. Les incidences des politiques régionales sur les vies au quotidien sont très importantes bien que largement sous-estimées dans la population : des différences significatives apparaissent dans les politiques mises en place selon les majorités. 

Les 9 et 10 octobre derniers, les communistes de toute la France se sont mobilisés pour l’emploi. Dans le cadre de sa campagne nationale, le PCF a organisé des centaines d’initiatives avec l’objectif d’alerter les populations sur les 400 plans de licenciements comptabilisés en France depuis le mois de mars et exiger l’interdiction des licenciements. En Loire-Atlantique, la fédération et les sections du PCF ont organisé plusieurs initiatives dans le cadre de cette campagne : la distribution d’information sur la situation de l’aéronaut

Les prochaines élections régionales auront lieu en mars 2021. En Pays de Loire, les élections régionales se préparent, à gauche comme à droite. En 2015, l’union de la droite conduite par Bruno Retailleau avait gagné le scrutin et conquis un territoire dirigé par l’union de la gauche depuis 2004. La division de la gauche au premier tour (6 listes) avait eu raison de la majorité sortante pourtant reconnue pour son bilan politique.

Un nouveau mandat s’ouvre dans un contexte inédit à la ville de Nantes : Crise sanitaire, sociale, économique, écologique, politique… Ces six années doivent contribuer à ouvrir une trajectoire nouvelle pour une ville populaire et accueillante. Une ville de toutes les transitions capable d’accueillir les futurs Nantais, d’améliorer la qualité de vie, de répondre aux besoins immédiats et d’anticiper ceux de demain en terme de transports, de logements, de solidarité, de sûreté et de services publics.

Alors que la crise sanitaire a mis en évidence les conséquences dramatiques de la casse du service public, que le patronat a mis à profit la situation pour imposer des mesures de régression sociales et que le plan de relance gouvernementale ressemble à Noël en avance pour le Medef, les travailleurs, les jeunes, les chômeurs et les retraités sont invités à riposter dans la rue jeudi 17 septembre 2020.

En lien avec le parc éolien en mer de Saint-Nazaire situé au large de notre département, Le Port de Nantes/Saint-Nazaire à pour projet de développer une nouvelle zone industrialo-portuaire sur le site du Carnet, en amont de Paimboeuf. Le nouvel équipement doit à terme accompagner la montée en puissance des filières des énergies renouvelables avec l’usine de construction de General Electric à Montoir-de-Bretagne et l’aménagement du HUB logistique de Saint-Nazaire.

Si le transport aérien est presque totalement à l’arrêt depuis le début de la crise sanitaire, les transports du quotidien s’adaptent pour répondre aux besoins et aux mesures que la période impose. Après la fin des mesures de confinement, la rentrée scolaire fait gonfler les pics de fréquentation de tous les modes de transport.

Animés par la volonté de mener localement des politiques sociales, écologiques, démocratiques et de solidarité, les communistes de l’agglomération nazairienne se sont inscrits dans une volonté de rassemblement à gauche pour ces élections municipales. Partout, le PCF a cherché à présenter des candidats communistes sur des listes d’union. Nous avons présenté au premier tour des candidat.es PCF ou apparentés dans 6 communes. 

A Nantes et dans ses environs, les militants communistes ont fait le choix de travailler à des listes de large rassemblement à gauche, sur des projets ambitieux pour les populations. Les projets, travaillés bien en amont des municipales avec les militants des cellules et des sections ont ensuite été proposés et discutés avec les différents partenaires politiques. Il en résulte de solides appuis pour mener des politiques ambitieuses dans les villes et communes où des communistes ont été élus dans les majorité.

Dans un contexte sanitaire compliqué, l’abstention a atteint un nouveau record lors de ce second tour décidé arbitrairement par le gouvernement. le deuxième enseignement est que la République en marche comme le Rassemblement National sont sanctionnés lors de ce scrutin. Nationalement comme départementalement, nous nous félicitons du progrès enregistré par les forces de gauche et écologistes. Avec la période qui s’annonce, les habitant.es de notre département pourront compter sur de nombreux élu.es de gauche, en particulier sur des élu.es communistes.

Pages