Alors que les conversations bruissent de termes médicaux à n’en plus finir, que les avis tranchés louangent ou fustigent les masques ou les vaccins, parfois même l’ARN messager ou le virus inactivé, les Archives départementales ont mis en place une très belle exposition sur les remèdes aux maladies à travers les époques et sur les professionnels qui les ont proposés à l’humanité souffrante.

Ainsi, se trouve montrée au public une belle collection d’objets ayant trait à la médecine et à la pharmacopée : objets sacrés aux vertus guérisseuses, planches de botanique du Moyen-Age, traités divers et de toute époque, pots de pharmacie, clystère et scie de chirurgien de périodes plus récentes. 

Certains documents sont particulièrement émouvants, tels la « Permission de construire » du jardin des plantes, jardin qui avait été réclamé par les apothicaires pour s’assurer un approvisionnement local ou encore le décret impérial établissant l’école de médecine de Nantes. 

A ne pas manquer, la reconstitution d’un cabinet de curiosités du XVIIe siècle, ancêtre de nos musées d’histoire naturelle, ni la collection de placards publicitaires, témoignant du passage du médicament à une ère industrielle : « Véritable Phénol Bobeuf, seul désinfectant antiseptique ».

L’exposition a donné lieu à un partenariat avec la Maison Fumetti, structure dédiée à la bande dessinée et aux arts graphiques. Le graphiste Timothée Moreau en a créé une BD sur une affaire d’empoisonnement à Châteaubriant en 1781.

Exposition aux Archives départementales de Loire-Atlantique, 6 rue de Bouillé, Nantes

Visible jusqu’au 23 décembre, les lundi, mercredi et vendredi de 9h00 à 17h00, le mardi de 13h30 à 18h00